Négocier une échéance de payement

Deux options s’offrent à l’entreprise créancière en cas de retard de payement : régler le litige à l’amiable ou aller au contentieux. Le règlement de litige à l’amiable se présente comme la solution la plus avantageuse pour préserver l’intérêt des deux parties (débiteur et créancier). Cette alternative amiable consiste à négocier une échéance de payement. Pour cela, le client défaillant doit étaler ses payements dans le temps en fonction de ses possibilités de trésorerie et respecter ses engagements jusqu’au règlement total du crédit. La mise en place de ce type de solution ne doit pas être prise à la légère. Pour éviter le contentieux, il faut prendre certaines précautions, poser les bonnes questions et prendre le temps de bien comprendre les principes de mise en place d’un échéancier de payement. On vous explique dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur cette solution à l’amiable.

Négocier une échéance de payement : est-ce une bonne idée ?

Pour rappel, l’échéancier de payement est une solution qui consiste à traiter à l’amiable le retard de paiement de l’acheteur. Il faut dire que les avantages de ce type de solution sont multiples. A commencer par le maintien du bon relationnel client. Les difficultés de trésoreries ponctuelles sont une situation qui peuvent arriver à certains clients. Le décalage entre les encaissements et les dépenses fait partie des principales causes de ce type de problème. Pour préserver la relation commerciale, il faut penser à établir une solution à l’amiable : négocier une échéance de payement.

De plus, accorder des facilités à ses clients est un moyen efficace pour les fidéliser.  Au niveau de l’organisation, la mise en place d’un échéancier permet également d’éviter les contraintes liées aux procédures contentieuses : un vrai gain de temps et d’argent ! En optant pour une procédure contentieuse,  l’entreprise créancière risque de ne pas récupérer son argent. Le débiteur pourra trouver un moyen pour échapper à ses dettes et d’organiser son insolvabilité.

Ce qu’il faut faire avant de négocier une échéance de payement

Avant la mise en place d’un échéancier, il est important de s’assurer de la bonne volonté de l’acheteur. S’il y a une réelle volonté d’honorer son engagement de régler le problème, il faut penser à mettre en place la procédure et définir les différentes conditions.

Pour éviter les mauvaises surprises et optimiser la chance d’obtenir les paiements au plus tôt, il faut également penser à mettre en place un pré-diagnostic de la situation. Il faut s’assurer qu’il existe un espoir raisonnable que le débiteur puisse sortir de ces difficultés financières.

Négocier une échéance de payement : les différents éléments à vérifier

  • Connaitre les causes du retard de paiement :

Avant toutes choses, il faut identifier les principales causes des difficultés financières de trésorerie. Il faut essayer de trouver l’origine des difficultés financières : retards de paiement d’un client, baisse de chiffre d’affaire… En cas de décalage de trésorerie, la situation peut être rapidement rétablie et donc l’échéancier est une bonne option. Si l’activité du client acheteur est en péril, l’échéancier de payement n’est pas forcément la meilleure solution.

  • Comprendre le mode de fonctionnement du client débiteur :

Il est également nécessaire de vérifier si client a des retards de payement avec d’autres fournisseurs. En cherchant à savoir la situation du client vis-à-vis des autres fournisseurs, vous pouvez avoir une idée de son mode de fonctionnement : est-ce qu’il a l’habitude de payer en retard, mais finit toujours par payer ses dettes. Si le client est endetté auprès de plusieurs fournisseurs, il faut se méfier.

  • Vérifier si le client peut respecter ses engagements :

Mais ce n’est pas tout, vous devez également prendre le temps d’évaluer la capacité à assurer le payement à la date convenue. Il faut être en mesure de connaître la viabilité de l’échéancier de paiement. Il ne faut pas également oublier de prendre des engagements sur l’honneur : un contrat sur papier assurant que le client pourra régler telle somme à telle date.  Si le client envisage de passer de nouvelles commandes, il est préférable d’imposer des conditions de règlement. La gestion des échéanciers n’est pas une mince affaires

. Pour simplifier cette opération, certaines entreprises préfèrent utiliser des logiciels spécifiques intégrant des fonctionnalités utiles.

Négocier une échéance de payement : comprendre les principes de cette solution

Lors de la mise en place d’un échéancier de payement, il faut imposer certaines conditions. Dans un premier temps, il faut exiger un payement partiel immédiat. Ceci est une preuve de la bonne foi du client. Il ne faut pas également prolonger la durée de l’échéancier. Pour éviter tout risque, il faut le raccourcir au maximum. Pour preuve de la reconnaissance de dettes, il est également important d’établir une sorte de contrat : document écrit signé par les deux parties. Une fois l’accord signé, il faut demander au client des chèques, billets à ordre ou lettre de change à encaisser conformément aux échéances établies. Ces conditions ne devront pas poser problème si le client est de bonne foi. Pour que l’acheteur puisse respecter ses engagements, les conditions imposées doivent être réalistes.

En cas de redressement ou liquidation judiciaire, il n’est plus nécessaire de négocier un échéancier de paiement. Dans ce cas-là, il faut voir avec le client les factures en compte, les vérifier et les valider. Il faut bien retenir la date du jugement, le nom et adresse de l’administrateur judiciaire.

Quelques points importants à retenir :

Négocier une échéance de payement est une solution très avantageuse aussi bien pour le débiteur que le créancier.

  • Cette solution à l’amiable permet de préserver la relation commerciale. Cela permet également d’éviter les longues procédures contentieuses.
  • En optant pour cette solution, le créancier aura plus de chance à se faire payer dans les meilleurs délais.
  • Les modalités de cette procédure sont similaires à ceux d’une reconnaissance de dettes. Pour éviter tout risque, il est très important d’imposer au préalable toutes les conditions.

Il faut s’assurer que la situation du débiteur peut s’améliorer, qu’il est en parfaite mesure de régler ses dettes et d’honorer ses engagements.  Pour éviter les mauvaises surprises, il faut vérifier régulièrement les paiements du client débiteur. En cas de problème, il est conseillé d’entamer une procédure contentieuse. Dans ce type de procédure, l’intervention d’un professionnel apporte une aide précieuse, non seulement au niveau de la gestion de la procédure mais également au niveau de l’organisation.

Facilitez vous le suivi

Il n’est pas facile de suivre ce type de dossier. Il est donc préférable de s’équiper afin de piloter l’activité de recouvrement, surtout lorsque la volumétrie des dossiers nous y oblige. En effet, cette tendance de fond tend à s’imposer. C’est pourquoi nous vous proposons un comparatif des meilleurs logiciels de recouvrement de créances clients.

Vous cherchez un agence de recouvrement pour vous accompagner dans cette tâche ?

Découvrez notre sélection des meilleures sociétés de recouvrement de France, classées par ville :

Posted on: février 14, 2022, by :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.