Quelle assurance de prêt immobilier choisir en 2021 ?

L’assurance de prêt immobilier est une garantie pour l’établissement de crédit vous octroyant un prêt. Si vous veniez à ne plus être en mesure de rembourser celui-ci, l’assurance entrerait alors en jeu. Bien que non obligatoire, aucune banque n’acceptera de vous octroyer de prêt sans cette garantie. Nous vous présentons donc comment bien la choisir.

Assurance de prêt immobilier : plusieurs garanties

Parmi les différentes garanties proposées dans les assurances, toutes ne sont pas obligatoires afin d’obtenir votre prêt. Par exemple, c’est le cas de la garantie perte d’emploi, permettant de couvrir les mensualités durant une période de chômage. Adaptée à certains types de profils, elle reste assez spécifique et, par conséquent, assez chère.

A l’inverse, la garantie décès et la garantie PTIA (perte totale et irréversible d’autonomie) sont toutes deux obligatoires. De même, les garanties ITT (incapacité temporaire totale de travail) et IPT (invalidité permanente totale) doivent figurer dans votre assurance de prêt immobilier s’il s’agit de votre résidence principale et non d’un bien locatif. Dans tous les cas, il est fortement conseillé d’y souscrire. Ces garanties sont particulièrement importantes pour vous, pour votre banque mais aussi pour vos proches. Ainsi, en cas d’accident ou de décès, votre famille est préservée, c’est l’assurance qui rembourse intégralement le reste de votre emprunt.

D’autres garanties existent et peuvent vous permettre d’assurer certains risques et autres aléas. Afin de bien choisir votre assurance, définir vos besoins au préalable peut toujours être utile. De même, n’hésitez pas à consulter les comparateurs disponibles en ligne. Ces outils permettent de choisir son assurance de prêt immobilier en triant les offres selon vos propres critères et vos possibilités. En outre, ils permettent de découvrir des offres avantageuses parfois perdues dans la masse des résultats d’un moteur de recherche ou, à l’inverse, dissimulée par l’offre restreinte de telle ou telle banque.

Délégation d’assurance : s’assurer sans sa banque

Depuis 2021, la loi Lagarde permet de différencier votre emprunt et l’assurance de prêt lui étant liée. En d’autres termes, vous n’êtes pas soumis à votre banque et pouvez très bien contracter une assurance auprès d’un autre organisme que celle-ci. De plus, vous êtes protégé de tout changement de prix venant de votre banque. Les conditions de votre prêt ne peuvent donc pas être modifiées et l’établissement ne peut pas exiger de vous de quelconques frais supplémentaires. Notez que la demande de délégation s’effectue avant la signature de votre crédit.

Faire appel à une assurance externe a généralement plusieurs avantages, le principal étant le prix. En effet, il n’est pas rare que les assurances proposées par une banque soient bien plus chères que les offres externes. En comparant ces options, vous pourrez aisément définir quelle offre vous permet d’obtenir toutes les garanties nécessaires, tout en préservant votre budget.

Cependant, assurez-vous que cette assurance externe vous offre les mêmes garanties que l’assurance de votre banque. Dans le cas contraire, votre délégation d’assurance pourrait être refusée puisque les garanties minimales demandées par votre banque ne sont pas assurées. D’autre part, notez que la Loi Lagarde ne peut s’appliquer pour un prêt en cours. Toutefois, d’autres lois vous offrent la possibilité de résilier et changer d’assurance durant votre prêt. D’abord, la loi Hamon autorise un changement d’assurance dans les 12 premiers mois de souscription avec un délai de carence de 15 jours. En outre, l’amendement Bourquin ouvre les mêmes possibilités mais, cette fois, chaque année à la date de signature du contrat à partir de la deuxième année de remboursement. Dans ce dernier cas de figure, le délai de préavis est alors de 2 mois.

Néanmoins, malgré la possibilité d’une délégation d’assurance, il est parfois conseillé de profiter de la loi Hamon en aval de votre prêt. Dans un contexte sanitaire et économique encore en rémission, les banques s’avèrent particulièrement prudentes lors des demandes de prêts. Si votre dossier n’est pas assez solide, vous risquez de ne pas obtenir votre crédit. Pire encore, la demande de délégation pourrait signer l’arrêt définitif de toute négociation avec votre banque. En effet, il arrive que certaines banques fassent directement ou indirectement pression sur leurs clients afin de les pousser à souscrire à leur propre assurance. Dans ce cas, privilégiez les banques que vous connaissez bien. Pour s’assurer votre fidélité, elles pourraient vous proposer des offres intéressantes tant au niveau de l’assurance que du prêt en lui-même.

Prêt immobilier 2021 : un nouveau cadre pour l’emprunt

Depuis le 15 juin, le HCSF (Haut conseil de stabilité financière) a établi de nouvelles consignes concernant l’emprunt immobilier. Malgré la crise, le secteur est resté dynamique grâce à des taux bas et des prêts au-delà des recommandations du HCSF. Cependant, les décisions prises lors du mois de juin vont pousser les banques à un encadrement plus resserré de leurs offres.

De fait, l’étalage des mensualités des prêts sera désormais plafonné entre 25 et 27 ans (pour l’achat neuf) au maximum, sauf cas particuliers. De même, le taux d’endettement maximal des ménages demandant un prêt ne pourra excéder les 35%. Cette hausse de 2% dissimule cependant une nouvelle obligation pour les banques. Ainsi, les établissements de crédit devront calculer ce taux en comprenant également l’assurance de prêt immobilier.

Face à ces nouvelles restrictions, les ménages ayant moins de revenus pourront malheureusement être désavantagés. L’accès à l’emprunt sera de plus en plus dépendant des apports personnels pouvant s’élever jusqu’à 30% du prix d’un bien. De même, la possibilité des banques de déroger à ce cadre dans certaines conditions pourraient mener les établissements de crédits à privilégier des profils sûrs et avantageux.

Dans ce cadre particulier, l’épargne semble être la meilleure solution pour financer sereinement vos démarches. Par exemple, le PEL (plan d’épargne logement) permet ainsi de profiter d’un taux entre 1 et 2,5% d’épargne tout en vous rendant prioritaire pour certains prêts à taux réduit de la part de votre banque. En outre, n’hésitez pas à faire appel aux aides de l’état comme le PTZ, ou prêt à taux zéro. Selon certaines conditions, ce prêt peut vous être attribué notamment dans le cadre de l’achat de votre premier bien et de votre résidence principale.

Articles associés

Posted on: juin 23, 2021, by :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *